Avertir le modérateur

nicolas sarkozy

  • Présidentielle 2017.

    Les Français s'ennuient.


    Alors quand la nature ou l'actualité les privent de la chute d'un météorite, de la survenue d'un séisme avec tsunami, d'un kamikaze, d'une prise d'otages ou d'une immolation, les politiques, les chroniqueurs, leur feuilletonnent leur quotidien.


       C'est ainsi que bien avant l'heure dite, Nathalie Kosciusko-Morizet, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, se positionnent respectivement pour la mairie de Paris pour l'une, et pour la présidence de la République pour les deux autres.


       Le président normal se crispe, s'agace, s'énerve, sans compter Nicolas Sarkozy qui à quelques mètres de l'Elysée, s'amuse à lui faire peur en laissant courir des rumeurs sur une revanche à prendre.


     

       Mais tout ceci n'est pas suffisant, les médias consolident leurs scénarios. La renonciation de Benoît XVI est une aubaine, les médias nous font miroiter l'exotisme de la désignation d'un Pape africain, ou Chinois. 

     


     

       Mais l'information en continu dévalue très vite tout évènement qui devient obsolète et inintéressant, alors là pour ce week-end quel nouvel évènement planétaire, national, quelle petite phrase vont nous tomber dessus parce que l'histoire du hachis l'on en a déjà assez ...   

     



    .

  • LIBYE. Libye, la chevauchée fantastique ...

    .    Certes Khadafi promettait un bain de sang  aux populations insurgées, et le sang de Nicolas Sarkozy n'a fait qu'un tour et Barak Obama a dit que chaque américain devait être fier que l'intervention de la coalition ait permis de sauver hommes, femmes et enfants .

       Et l'on connaît la suite.

       La coalition qui souhaite scandaleusement à mots couverts l'élimination physique de khadafi, et cette chevauchée hallucinante des nouveaux cow-boys dans les déserts libyens dont on ne sait pas d'où ils sont, d'où ils sortent, qui ils sont avec leurs matelas et leurs bidons d'eau...

      En attendant la coalition bombarde, se fait plaisir, en  nous faisant croire que le massacre était certain ou risque de l'être encore, en Côte d'ivoire on les laisse se massacrer entre eux...

      Bien étrange cette guerre de Libye...

  • LIBYE. Attention aux retours de flammes

      

       Le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre David Cameron reconnaissent dans une déclaration commune le " rôle pionnier " du Conseil national de transition (CNT) constitué par les insurgés libyens, à la veille d'une conférence internationale sur la Libye mardi à Londres.

       "   Le régime actuel a perdu toute légitimité. Kadhafi doit donc partir immédiatement, écrivent-ils. Nous appelons tous ses partisans à le quitter avant qu'il ne soit trop tard."

       Ils exhortent également " Tous les Libyens qui estiment que Kadhafi mène la Libye à la catastrophe  " à se mobiliser dès à présent pour préparer la transition vers la démocratie.

       A jouer avec le feu attention au retour de flamme.

       Durant cette campagne présidentielle l'on va entendre Jean-Luc Melenchon qui a quand même écrit " Qu'ils s'en aillent ! " , Olivier Besancenot, Martine Aubry dire à Nicolas Sarkozy s'il se présentait  à la présidentielle : " Le peuple a voté contre vous aux cantonales, vous avez perdu toute considération, nous appelons tous vos électeurs à voter contre vous ".

       Certes la Libye est une dictature mais il ne faudrait pas trop en faire ou bien alors exhorter aussi les pro-Bachar El Assad en Syrie, les pro-Ali Abdallah Saleh au Yémen..

       Et puis en 2007, quand même, Nicolas Sarkozy sur le perron de l'Elysée serra les mains de celui - le colonel Khadafi - dont Rama Yade, pas moins que Secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, dit : " Notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir le baiser de la mort. "

      Mais là c'est Nicolas Sarkozy qui le donne à Mouammar Khadafi le baiser de la mort. Mais est-ce à lui de le lui donner monsieur Robert Badinter, ce baiser de la mort que constitue cet appel à le désavouer ainsi de l'extérieur ?

      Et puis exhorter aussi les Chinois et les Russes à faire défection à Hu Jintao, à Vladimir Poutine... à Laurent Gbagbo... à ...

    .

  • Sacrée Soirée.

     

     

       Ce soir que ferais-je, écouterais-je le sermon sur la montagne de notre grand timonier, à moins que ce soit  l' annonce de la multiplication des pains.

       Les journalistes ont dû passer leur nuit à réfléchir à la question qui fera mouche, qui déstabilisera le président, qui buzzera, qui fera date et qui constituera leur heure de gloire. Jean-Michel Apathie, journaliste de papier, jamais vu sur le front Afghan a dû préparer pour Denisot le dandy inculte de Canal-plus la question qui tue.

      France 2 a prévu un tour de table ensuite avec la Royal Ps ONE, avec De Villepin, notre Don Quichotte national, Morin  qui à peine sorti des ors de la République, de ministre est devenu cracheur de soupe.

       Moi si j'ysuis je guetterai les tics du président, les lapsus.. notre président est à lui seul tout un divertissement, allez Nico, vous en avez fait des vannes mais vous avez encore dix-huit mois, allez il y en a qui vous aime encore, à commencer, nous vous  le souhaitons, par Carla. ( Il ne manquerait plus que... que Carla vînt à vous manquer...)

       On n'est pas couché... mais chacun fait ce qu'il veut, à côté sur la Six il y aura un concours du meilleur artisan, de la graine à prendre peut-être, monsieur le président..... 

  • Qu'est-ce qu'on rit..

     

    .   C'est dimanche matin. L'on a pris son petit déjeûner avec ses croissants ou ses tartines beurrées, grillées ou confiturées, l'on va courir le long de la rivère en crue, l'on revient, l'on prend son bain, et l'on apprend, il n'est même pas dix heures, que le président a nommé François Fillon premier ministre. Sacré président, mais qui n'est pas à confondre avec sacré Charlemagne.

  • Si j'étais français

     

    .    Si j'étais français j'en aurais ras-le-bol de l'être, las d'un président auquel l'on a cru et qui a tout gâché ou tout raté, las d'une opposition sans doute fondée pour partie, mais crasse et sur le fond et sur la forme, las de médias incompétents, anti-sarkozystes, et las de la dictature fascisante des nouveaux prolétariats, plus le droit de dire, plus le droit de penser, plus le droit d'être sincère et vrai...

     

    .

  • La France est soûle...

       Mais alors comment va finir cette histoire Woerth-Bettencourt-Sarkozy- l'on n'en peut plus. Qui a tort qui a raison qui dit vrai dans cette farce nationale.
       
       La France commence à en être soûle de cette chasse pourrie, dans laquelle les tweets, les blogs, les uns les autres jettent des cassettes, des dénonciations en pâture au peuple, l'opposition se pâme, le pouvoir tangue.

     

          Il faut que l'opposition quant à elle soit tout à fait très sûre de son caractère irréprochable donc exemplaire, ce qui par ailleurs si tel n'était pas le cas ne justifierait pas quelque malversation que ce soit..



       Que l'inspection des finances s'active, que le président parle, que la justice fasse sont travail et que la messe-la vérité soit dite.

    .

  • La BANANE du PRESIDENT.

    Chronique Détente. 

    . Le président de la république voulait être président de la République, il le dit, et dit en être heureux ;

    - J'ai la banane, dit-il.

    . Anne Roumanoff dit :

    - " Martine Aubry aime rire, tandis que Ségolène Royal fait rire."

    ( Cf Vivement Dimanche ce dimanche 29 mars )

    . Benoît Hamon lui rit jaune et n'a pas du tout la banane.

    Mais il défend les revenus fabuleux de Monsieur Zidane qui est selon monsieur Hamon ; " rare et exceptionnel " - Et ça se paie, dit-il - ; " tandis que vous messieurs et mesdames les patrons vous n'êtes pas rares et exceptionnels.."

    . Si ce ne sont les mots précis, l'esprit est celui-ci.

    Il y a de l' Olivier Besancenot en Benoît Hamon, et là l'on commence à moins rire. L'on change de régime. Gardera t-on alors la banane..

    Ok, là, c'est un peu tiré par les cheveux. Le rédacteur vous présente ses excuses, mais il y a pourtant quelque zeste de vérité là-dedans.

  • QUAND CARLA M' A DIT...


    QUAND CARLA M'A DIT ..

    " Lorsque l'on est parti de la maison , et que Carla m'a dit : " je viens avec toi " eh bien, je me suis dit que la journée commençait bien .."..

    Ah ce président, c'est de la crème d'ana - Comprenez d'anecdotes infinies -...une série télévisée à lui tout seul, un scénario qui s'écrit au jour le jour, avec ses trouvailles, ses rebondissements, ses réparties.

    Quant au Parti - Socialiste - il nous gâte, il nous comble, il nous ravit aussi.

    Avec lui ce ne sont pas les petites femmes de Paris, ce sont les petites phrases du Parti - Socialiste -.

    L'Une chapitrant l'autre, l'autre chapitrant l'Une, les uns les autres sortant chacun son bon mot sur les médias.

    " Vous n'entendrez jamais dans ma bouche.." dit Ségolène Royal, la dame que madame Raphaëlle Bacqué qualifie de clivante.

    " Aurai-je le tort d'exister .." s'interroge Bertrand Delanoé.

    Enfin, ILS nous amusent bien par les temps qui courent, ça déride, ça fait oublier la montée du prix du pétrole, les catastrophes...

    Allez ! REGALEZ-NOUS ENCORE, Mesdames messieurs de la politique, c'est un problème de santé publique, il y va de la santé du pays.TOUS ENSEMBLE-TOUS ENSEMBLE ! OUIOUI !

    Retour enfin sur l'exquis : " Lorsque l'on est parti de la maison et que Carla m'a dit.."..où quand notre président se fait parolier..



  • Madame Ségolène ROYAL S'ENNUIE.

    Madame Ségolène Royal S'ennuie.

    Madame Ségolène Royal est lasse de manipuler les éprouvettes de son laboratoire de la Région POITOU CHARENTES.

    Elle s'ennuie. Ni maire, ni député. Elle s'ennuie.

    Il y a quelques semaines fustigeant Nicolas Sarkozy, elle disait que ce dernier ayant conquis le pouvoir ne s'intéressait plus aux Français, et qu'il s'ennuyait.

    C'est elle qui s'ennuie.

    Comme Nicolas Sarkozy, elle avait la même avidité du pouvoir, pour d'autres mobiles, que le pur intérêt de la France. Lui l'a décroché, elle pas.

    Elle a également la rage du pouvoir.

    Elle ose encore dire après 30 ans de politique, de mandats divers, de démocratie participative, qu'elle a " beaucoup appris, beaucoup changé ", et qu'elle a encore beaucoup à apprendre des militants.

    Elle n'a pas de programme à présenter, alors qu'elle a fait croire aux électeurs qu'elle en avait un, après ensuite avoir avoué qu'elle n'y croyait pas.

    Si le quinquennat de Nicolas Sarkozy ne réussit pas les français sauront cette fois, définitivement, que les promesses n'engagent que ceux qui croient.

    Alors les postulants au prochain quinquennat auront la lourde responsabilité de proposer aux français non seulement un programme de rigueur annoncée, mais avec l'échéancier des politiques à mener, les modalités techniques de mises en oeuvre, les évaluations afférentes, et les alternatives au cas ou les solutions proposées ne marcheraient pas.

    Que propose aujourd'hui Madame Royal, encore la démocratie participative, les comités d'experts..la France tourne pendant ce temps là, les générations passent...

    Non, elle brigue " avec joie et détermination " le poste de premier secrétaire du parti socialiste unifié.

    C'est ce qu'attendent avant toute chose, dans la fébrilité, les français.




Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu