Avertir le modérateur

Sarkozy

  • Dominique et Nicolas.

     

       Hier matin sur Rtl un auditeur pariait que Dominique Strauss-kahn n'allait pas se présenter à la présidentielle 2012. Soit.

       L'on peut par ailleurs suggérer à Nicolas Sarkozy de ne pas se présenter à la Présidentielle. Mais nous n'avons pas à le lui suggérer, il aura l'intelligence de ne pas se présenter, et là il sortira par le haut grandi et digne.

    .

  • Amitié franco-libyenne.

     

    .   La France n'a rien à faire dans cette galère libyenne, pour une pseudo protection d'une population pas plus menacée que celle du Yémen, du Barhein, de la Côte d'ivoire, pays dans lesquels les massacres ne sont pas moins jouissifs. Tandis que les milliers de sans abris Japonais sont d'un coup déjà oubliés et ne sont plus attractifs.

       "   L'usage de la force n'était pas l'option qui avait notre préférence ", a déclaré le président américain Barack Obama. ". Quant à la Russie et la Chine, elles ont une conception fondamentaliste de la notion de souveraineté nationale, un Etat est maître chez lui.

       C'est le printemps les oiseaux font cui-cui, cerisiers rouges et pommiers blancs.

    .

  • CHRONIQUE du REGNE de Nicolas Ier

    " Chronique du Règne de Nicolas Ier " c'est le titre du roman d'un grand écrivain, qui a beaucoup écrit, qui a eu beaucoup de Prix littéraires, et que je ne connais pas. Il se nomme Patrick Rambaud. Ah ! Vous connaissiez..

    Patrick était reçu hier soir sur le plateau du grand journal de Canal plus.

    M.Denisot avait réuni son quarteron hebdomadaire de chroniqueurs patentés qui, de Sylvie Pierre-Brossolette à Alain Duhamel en passant par l'inénarrable Jean-michel Apathie, sans oublier l'agrégé de philosophie Ali Badou, y allait de sa petite haine savamment dosée, et bien sentie contre le président..

    Qui a parlé d'état de grâce concernant Nicolas Sarkozy ? Certes il y est allé de ses comportements, mais entre le rappeler hardiment à l'ordre, et le vouer sciemment, méchamment maintenant au jeu des petites haines médiatiques il n'y avait qu'un pas, il est franchi.


    Quant à Patrick Rambaud lui disait qu'il y avait du Saint-Simon dans son ouvrage.

    Feuilletons son livre. Nicolas Sarkozy y est comblé. De Majuscules .

    ...Notre Universel Souverain, Notre Agacé Souverain, Notre Leader Domestiqué, Notre Bien Aimé Leader, Notre Grand Leader, Notre Gracieux Leader, Notre Maître Affirmé, Notre Fortifiant Leader. ..

    L'on étouffe sous cette avalanche, et l'on se perd dans les petites histoires connues des premiers mois du président. Certes il y a des trouvailles, des traits de caractères à la manière de La Bruyère, et c'est le moins qu'on doive attendre d'un prix Goncourt, mais ça ne vaut qu'une lecture rapide debout dans une grande Surface du livre.

    Et la satire de M.Rambaud est moins énorme que les insanités lancées désormais par Anne Romanoff, chaque dimanche sur le plateau de M.Drucker. Une standing ovation à chaque fois.

    Enfin relisez ou achetez Saint-Simon là au moins vous investirez. Mais citons les deux phrases qui concluent la livre du grand Patrick Rambaud.

    " Le monde allait mal et nous n'allions pas bien. Sa Majesté allait-elle réaliser que, si haut que fût le trône, on n'y était jamais que sur son cul ? "

    De la littérature de haut vol.

  • Le Président Nicolas à La LANTERNE.

    Il y a Lanterne et lanterne.

    Le Président Nicolas Sarkozy a fait de cet ancien pavillon de chasse - situé à proximité du Château de Versailles - autrefois réservé au premier ministre et situé à trente minutes en voiture de l'Elysée, son camp retranché, sa thébaïde, son monastère laïque.

    Mais quel nom ! et quelles réminiscences..Le refrain de la Carmagnole ne cesse de chanter à l'oreille. " Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne, Ah ! ça ira, ça ira, ça ira les aristocrates on les pendra.".

    Lorsque l'on est natif et résident d'une ville qui vit disparaître toute sa construction navale, et la désespérance de ses ouvriers, l'on se souvient des jours anciens lorsque silencieux " les ouvriers des Chantiers " comme l'on disait alors, défilaient dans les rues, le pas lent, le pas lourd, impressionnants, à la manière des mineurs de Germinal avec ce refrain réécrit et sorti de leurs tripes : " ah ! ça ira, ça ira, ça ira..[...] les patrons on les pendra .., ah ! ça ira, ça ira, ça ira, ..et si on les pend pas on leur cassera la gueule.."

    Attention à la Lanterne ! Sait-on jamais.

    Mais l'on me dit que je m'égare parce que cet estimable et légitime pavillon voué au repos, à la détente, à la réflexion, aux dévotions laïques de nos gouvernants, ne doit son nom " La Lanterne " qu'à ses trente six fenêtres qui laissent entrer la lumière du jour à profusion.

    Dont acte . Mauvais esprit quand tu nous tiens.. .

  • Nicolas Sarkozy , Ségolène ROYAL, et le Droit au Bonheur.

    " Président de la République, ça ne donne pas le droit au bonheur, pas le droit plus au bonheur qu'un autre, mais pas moins qu'un autre " dit le Président, lors de sa conférence de presse.

    Mais de quel bonheur parle t-on ? Car s'il s'agit des émois du coeur , eh bien si, le Président a droit moins qu'un autre, à ce bonheur.

    Car qui dit émoi du coeur dit aussi égarements du coeur et de l'esprit, et le Président n'a pas à être empêché par le sentiment, ou par les ressentiments, les ruades, les calvacades ou les déchirures du coeur.

    La fonction de Président de la République est un sacerdoce au service exclusif de l'intérêt général et de la France.

    Et l'on sait combien les égarements du coeur peuvent conduire aux égarements de l'esprit.

    Enfin, quand on voit comment Madame Sarkozy, nourrie dans le sérail, en trahit les détours , quand on voit comment madame Bruni brûle d'en connaître, l'on ne peut qu'être inquiet pour le sérénité, la crédibilité et l'efficacité de l'action de l'Etat.

    Halte là ! crie le peuple.

    Il est temps.


    Sauf que, sauf que, les femmes aussi auront toujours besoin d'un homme, et veulent leur droit au bonheur , et pas moins qu'un autre, et pas moins qu'un homme, puisque sur Radio classique, ce matin, un chroniqueur donnait les mots clés pour identifier le Boy friend de Ségolène Royal, et de l'instant : A chercher donc dans l'un de ces milieux : Droit, Mer, Artistique et avec le concours du mot " barre ".

    D'ailleurs Ségolène Royal n'écrivait-elle pas dans son livre : " Ma plus belle histoire .." qu'elle espérait voguer vers la présidentielle de 2012 enveloppée du confort affectif et sécurisant d'un " compagnon amoureux "..

    Humain trop humain tout ça..

  • Et C'EST REPARTI ! Où les RONDS-de-MOTS de M.MONTEBOURG.

    Ce Monsieur Montebourg se livre aujourd'hui à sa passion favorite, la rhétorique, l'invective, l'incrimination, dans un numéro subtil dont il a le secret , et cette fois à l'encontre de son " ami perdu dans Disneyland " : Bernard Kouchner, pour lequel il dit " sa haute estime ", dont il reconnaît qu'il a " contribué à changer la face de ce triste monde " mais auquel il reproche d'avoir vendu son âme au diable sarkozyste, évoquant son " petit rôle de figurant " et le sommant de préparer sa lettre de démission.
    - cf le nouvel observateur à paraître -

    M.Montebourg signifie à M.Kouchner que cette compromission le " laissera sur le carreau, en loques et seul au monde ".

    Il faut oser cette apostrophe à l'égard d'un homme qui est un homme de foi, de conviction, d'action, et qui à cette heure, a déjà beaucoup fait pour l'humanité, même si cette humanité n'a pas nécessairement un H majuscule.

    L'aspostrophe est injurieuse, à la limite du diffamatoire pour monsieur Kouchner, même sous le timbre pervers de conseil d'ami.

    Mais qui est ce monsieur Montebourg ?. Qu'a t-il fait ?

    M.Montebourg le dit sur son site internet, en y regrettant implicitement de n'avoir pu être ministre, en raison de " l'obstination " du Parti socialiste " à se méfier de la jeunesse " .

    Mais on y lit mieux encore et ceci ( il justifie sa candidature aux cantonales ) :

    " En 2012 j'aurai accumulé 15 ans de vie politique, après 8 années de vie professionnelle. On me demandera alors des preuves de ce que j'aurai fait et concrétement assumé.

    Il ne sera pas possible d'avoir exclusivement vécu dans l'exercice tribunicien pur, au sein d'une Assemblée nationale émasculée par le sarkozysme .

    Pour se préparer aux grandes échéances, il vaut mieux déjà avoir mis les mains dans le moteur. "

    No comment.

    Si ! C'est reparti !

    Mais quand même ! Quand on entend M.Montebourg, dire que sa candidature à la cantonale de Saône-et-loire est " un acte de résistance à la montée de l'absolutisme sarkozyste " ..Résistance ..le français ordinaire qui a quelque peu le sens des mots se pose des questions..

    Et le français ordinaire qui a la mémoire courte ne se souvient plus en quoi ce M.Montebourg a " contribué à changer la face de ce triste monde ".

  • BONNE ANNEE, Monsieur le Président.

    Monsieur le Président, permettez-moi d'anticiper de quelques heures, à peine serez-vous en France, et déjà d'ailleurs..


    Que vos voeux les plus chers soient exaucés, pour les français, pour vos proches et pour vous-même. Très sincèrement, vraiment.

    Et n'oublions pas la santé pour les français, pour vos proches et pour vous même.

    Et pour tous les français les plus défavorisés des revenus dignes, et des habitations dignes, avec de la chaleur, de la salubrité, et de l'eau froide et de l'eau chaude qui coule, claire, fluide, abondante..

    L'aide aux pays émergents, c'est bien, mais ça coûte et c'est énorme. Les troupes françaises un peu partout dans le monde, c'est bien, mais ça coûte et c'est énorme .

    Oui, c'est peut-être simpliste, mais je ne suis qu'un français ordinaire monsieur le Président.

    Car il y a tant de français qui attendent ..Eh ! !! Ecoutez moi monsieur le président, c'est important ce que je dis ..je dis déjà si peu de choses..

    ...Le yacht, le jet privé, le soleil, c'est bien , mais les français c'est pas mal non plus. Vous vous rendez compte si vous réussissiez, c'est le plébiscite assuré.

    Ah ! un instant encore s'il vous plaît ! François me passe un petit mot, lisez.., si, si , lisez..

    " Il ne peut naître de plus juste cause d'affliction parmi les hommes que de recevoir chagrin et dommage de celui dont ils attendaient à juste titre bonne grâce et bienveillance "

    Ps : Je citais François, François Rabelais. Gargantua. Chapitre XXIX. La harangue de Gallet à Pichrochole.

    Tous mes voeux Monsieur le Président, vraiment, très sincèrement.

  • Amour ( S ) et Présidence.

    Amour quand tu nous tiens, on peut bien dire :

    " Adieu prudence ! " ?

    Il n'y a pas de thèse à commettre, les amours défaits de madame Royal et de monsieur Hollande ont quelque peu influé sur le déroulement de la campagne électorale de la candidate.

    Il n'y a pas de thèse à commettre, les amours du président , au regard des modalités de leurs tribulations et de leur exposition, peuvent altérer la crédibilité de la fonction présidentielle.

    Et les uns et les autres, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Hollande, et, et...sachant la curiosité du peuple que se complairont à satisfaire les médias, seront-ils libres désormais de leurs amours, de leur amour vrai.

    Les uns et les autres, chacun dans son histoire, ont démontré qu'il y a une forme d'incompatibilité entre d'une part les rages ou les émois du coeur et d'autre part la fonction qu'ils incarnaient , incompatibilité dès lors qu'ils ne maîtrisaient pas la retenue de ces éléments.

    Et les Français attendent autre chose de ces autorités, de Ses autorités, que ces mouvements qui relèvent du devoir de réserve et de la raison d'Etat.

    Amour et Présidence, oui. Amour ( S) et Présidence, non .

  • Monsieur NOAH...JE VOUS VOIS AVEC JOIE..

    Donc monsieur Noah aurait l'onction du peuple français, serait le nouveau promu, son nouveau leader charismatique . Et le maître assène, invective un président de la république qu'il dit mû par le cynisme, l'argent, suscitant un brouhaha et fonctionnant à la godille..si ce ne sont pas les mots ,c'est l'esprit. ..

    Ah ! monsieur Noah, bienvenue au club des antis. Victor Hugo vous eût aimé qui vous eût dit :

    " Monsieur

    Je vous vois avec joie entrer dans la grande cause, comme des combattants de tous les jours.

    Vous avez le talent, vous aurez le succès.

    Servir le pauvre, aider le faible, renseigner le citoyen, affermir la République, en un mot agrandir la France, déjà si grande, tel sera votre but; d'avance j'applaudis.

    Donnez au peuple tout l'appui paternel qu'il réclame et qu'il mérite...[...]

    Je vous envoie tous mes voeux de succès. "

    " Détournement " du discours aux rédacteurs du journal Le Petit Nord de Lille 29 Novembre 1878.

    Il est pris acte que vous ne serez jamais un courtisan.

  • VARIATION SUR DES PRESOMPTIONS D'AMOURS HIVERNALES et PRESIDENTIELLES.- Fiction -

    Il se présente ici une anecdote très sage à taire, très curieuse à écrire. [..] Ce qui me détermine au second parti, c'est que le fait en gros n'a pas été ignoré, et que les trônes de tous les siècles et de toutes les nations fourmillent d'aventures pareilles. - Saint- Simon -


    DEUX MOTS d' ELLE, UN MOT de MOI...

    Ah ! monsieur..ma destinée a quelque chose de véritablement extraordinaire..Voulez-vous me permettre de vous raconter..

    Deux mots d'elle si vous m'y autorisez.. :

    ..Elle est très singulière, vive et charmante, une très singulière vive et charmante petite bestiole qui babille, comme un oiseau dans les bois au printemps. C'est une toute petite âme, une âmelette, une âme de mouche, taquine, chatouilleuse et vibrante, qui volette sans cesse, en zigzags, autour de moi, et se cogne partout, avec des cris, avec des rires , à rendre fou . Elle a l''étourderie bavarde, le caprice virevoltant..

    Un mot de moi,

    Ma vie , monsieur, est un tissu si j'ose dire, de contradictions . Je n'ai de volonté, d'énergie, que pour plaire à qui m'entoure. Si déraisonnables soient-ils, je me plie à tous les caprices. Je me sacrifie - au point de m'annihiler complètement , d'imposer silence à mes désirs, à mes goûts - à ce que je crois être le bonheur de qui vit avec moi. Eh bien, malgré cette persistance héroïque dans l'effacement, il m'est impossible de garder une femme...brunes ou blondes, petites ou grandes, corpulentes ou diaphanes, je les fatigue tellement, elles arrivent à me détester tant que, fuut !.. fuut !..fuuut ! Sans raison je le jure, ou, du moins, sans autre raison que , étant femmes et moi homme, nous sommes sans doute, elles et moi, des êtres absolument antipodaux l'un à l'autre.

    Oui, oui, je sais ce que l'on peut me dire..Evidemment, l'on m'accusera d'être le forgeron de mon propre malheur...Mais voilà..je ne puis supporter la solitude. Seul, je me crois perdu, et je deviens aussitôt la proie de douloureuses et insoutenables terreurs.

    II faut, autour de ma vie, un bruit familier et quotidien. Qu'il soit musique ou grincement, il n'importe, pourvu qu'il soit et qu'il chasse les fantômes effrayants du silence .

    Ah ! la solitude monsieur , la solitude d'un Président ! faut pas croire..


    Petite fiction suscitée par un fait d'actualité et inspirée d'une nouvelle d'Octave Mirbeau : " LES 21 JOURS d' UN NEURASTHENIQUE "

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu