Avertir le modérateur

Présidentielle 2012.

  • Villa Brégançon.

       Il eût été normal qu'un président normal rendît compte aux Français avant de partir en vacances aux frais de la princesse de l'état de la France; la crise, l'emploi, l'Afghanistan, le Mali, la Libye, la Syrie, le remise de la dette à la Côte d'Ivoire ...


      Le président normal feint de mépriser l'Elysée pour y résider ce qui pourtant est une évidence pour assurer la continuité de l'Etat, mais il ne boude pas la villa Brégançon.


       Un président normal aurait posé sa chaise longue sous les feuillages du parc ou planté son parasol sur les pelouses de l'Elysée, la moitié des Français passent ses vacances dans un trois pièces ... 


       Mais bon c'est dur d'être normal.



    .

  • .2. Présidentielle. Que la droite explose.

     " Peuple de France, n'ayez pas peur, ils ne gagneront pas, si vous décidez que nous nous allons gagner ! " . Hum ! ... clame Nicolas Sarkozy. " C'est cuit pour Sarkozy " commente Jean-Luc Mélenchon.

       Si par miracle - Ne rêvons pas mais amusons-nous - Nicolas Sarkozy l'emportait le 6 mai, sans doute d'emblée son nouveau quinquennat serait obéré par les affaires pointées par les médias à mots plus ou moins couverts, et plus directement par Mmes Royal et Joly et alors nous nous retrouverions dans un interminable feuilleton analogue à celui que vécût Jacques Chirac... malsain... 

       Après tout que la droite française explose une bonne fois.

    .

  • .1. Présidentielle. Une semaine Hard.

       Y aurait-il une surprise au soir du premier tour ?

       Quelle erreur tactique, quel mot de trop, quel acte singulier, quel incident, quel évènement, quelle catastrophe humaine,  naturelle, industrielle viendront bouleverser le diagnostic et l'ordre des choses pressenti pour que cette élection connût un résultat autre que celui qui apparaît désormais acquis, la victoire de François Hollande ?

       Eh bien dans huit jours nous le saurons, en attendant la semaine ne va pas être triste. Nous allons vivre une semaine empreinte d'une tension digne de celle du thriller télévisé ; " Prison-Break " .

     

    .

  • . Haines françaises.

       J'entre en politique.

       Je voterai quelles que soient les évolutions des jours à venir, pour Nicolas Sarkozy. L'homme est une bête politique. François Hollande l'est tout autant. 

       Certes Nicolas Sarkozy n'est pas exempt de comportements sans doute même répréhensibles, mais il a des qualités de gouvernant, et ce que je lui reproche le plus est de s'être laissé stupidement embarqué en Syrie par l'homme au décolleté le plus seyant de Paris, celui de M.Lévy. La Syrie aujourd'hui est à feu et à sang et les syriens connaissent le malheur.

       Mme Eva Joly déclare le concernant:

       "   Il ne peut pas se cacher derrière le mépris qu'il a pour moi. Cela ne suffit pas. Il va falloir qu'il s'explique sur la dizaine de témoins qui ont des témoignages concordants ", a réagi à l'issue d'un meeting à Grenoble, la candidate EELV sous les cris de militants scandant: " Sarkozy en taule ! ".

       Le président-candidat avait signifié un peu plus tôt sur France 2 qu'il opposait le " mépris le plus cinglant " aux accusations lancées par la candidate concernant un éventuel financement de sa campagne de 2007 par la milliardaire Liliane Bettencourt.

       " La présomption d'innocence n'empêche pas les faits d'exister. Ce que je dis haut et fort c'est que dans une campagne, dans n'importe quel autre pays avec ce qu'il y a sur la table, il faudrait s'expliquer, il ne résisterait pas 24 heures. C'est la situation en France qui est parfaitement anormale ", a-t-elle ajouté. 

        Les propos de Mme Joly suintent la haine. Ce " Sarkozy en taule " qu'elle provoque de la part de ses affidés retentit comme un : " Sarkozy le peuple aura ta peau ". 

       Je voterai pour Nicolas Sarkozy.

    .

  • . Anne Sinclair

      Elle a sans doute subi les cruautés laminantes de l'humiliation et chacun s'est répandu en oh qu'elle est admirable cette petite femme-là ( cf Michel Simon ) d'abnégation et de courage, mais quelle femme dans de tels contextes, et le plus souvent, n'a pas eu, n'a pas ce courage  et cette abnégation au regard des abandons de son homme - certes-là Dominique a fait fort - avec des moyens autrement plus dérisoires que ceux de la richissime madame Sinclair et sans le carnet d'adresses qui lui met le monde des médias à ses pieds.

      Son professionnalisme n'a jamais été mis en cause, mais d'ailleurs de quel professionnalisme parle t-on, celui d'un journalisme de bureau, d'un journalisme psittacique qui commente sur les commentaires...

       Elle s'octroie donc un rôle sur BFM.TV le soir des élections. Elle dit je suis là vivante et percutante, je suis Anne Sinclair ..

       ... Non quelque chose ne passe pas dans cette revendication présomptueuse qui retentît comme un pousse-toi de là que je m'y mette...  C'est Olivier Mazerolles et Ruth Elkrief qui doivent être aux anges. Pourtant BFM-TV anticipe ce faisant la politique que mettra en oeuvre ce M.Hollande, ce capitaine de pédalo. Elle recrute des séniors qui formeront les jeunes et leur passeront le relais. Que les gens sont mauvaises langues.

       Et puis quand même sa démarche sera ambigüe, elle trempe à gauche toute bien assise sur son patrimoine, et son mari aura bénéficié du coup de pouce de Nicolas Sarkozy pour son accès à la présidence du FMI où s'accomplît il est vrai son destin, mais y'a pas de morale en politique et la dame continuera de frimer le stylo Mont-Blanc entre ses doigts ...

      Mais voici Jean-Luc, le rafraîchissant Jean-Luc.. qui confie ce mardi  " aimer " la voix de Carla Bruni, la chanteuse et épouse du président Nicolas Sarkozy. Il a estimé qu'il n'était pas nécessaire de " plaquer " sur elle " tous les schémas qu'on a sur son mari. Je ne trouve pas cela correct ".

       " J'aime bien sa voix ", a-t-il dit sur France Inter en reconnaissant qu'il écoutait régulièrement le disque de la chanteuse il y a quelques années. " Je fais toujours la différence. D'accord, c'est l'épouse du président, mais c'est Mme Carla Bruni, c'est une dame à part, qui a une vie, qui fait des choses ", a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. 

       Carla que je ne déteste pas et qui dit oh nous mon mari et moi nous sommes des gens modestes, oui Carla comme ta copine bling bling Anne angora. 

      Je vous embrasse sur la bouche monsieur Mélenchon.

    .

  • . EVA qui n'est que Joly...

    . C'est dur, mais c'est vrai.

        Je la regardais l'autre jour dans un reportage. Elle m'apparût soudaint sous ce qu'elle était véritablement ; Une vieille dame. Comme moi sans doute, je ne me vois pas, mais je me sais un vieux monsieur et je ne suis pas un impétrant.

       Elle ressemblait à un vieux décor décati, fané, malgré ses couleurs brouillonnes, un peu saltimbanques que lui conféraient son rouge à lèvres, ses lunettes de music-hall, ses oripeaux de voyante.

       Non ce ne pouvait être une candidate à la présidentielle, ce ne pouvait être un président de la République.

       Comment les Verts ont-ils pu être aveugles à ce point.

       Madame Joly eut son heure de gloire.

        Un instant elle a rêvé pour une France forte, une France solidaire, pour le changement maintenant, cru à son rêve, à une nouvelle vie, forte de ses convictions sans nul doute sincères mais dont elle ne pouvait plus qu'être qu'un héraut suranné.

       Il faut savoir lever le pied.

    .

  • . Changer de destin.

      

       M. François Hollande écrit un livre. " Changer de destin " . Quelle prétention sachant qu'il n'en n'a pas les moyens.

       Et qu'il n'a pas du lire " Les Syllogismes de l'amertume " de Cioran.

       " On ne découvre une saveur aux jours que lorsqu'on se dérobe à l'obligation d'avoir un destin.  "

       J'opte quant à moi pour la saveur des jours.

    .

  • . The Artists

    .   Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande, dans un communiqué, parlant de Nicolas Sarkozy évoque un  " mélange de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine, avec le vide idéologique de l'un et la brutalité des méthodes de l'autre."

        Rien que pour des attaques de cette nature je voterai Nicolas Sarkozy.

       En attendant je ne sais si The Artist qui a un peu loupé son coup aux Césars en ne décernant pas le César du meilleur acteur à Jean Dujardin - jalousé - va la nuit prochaine faire danser Hollywwood, je ne sais quel artiste nous réserve l'élection présidentielle, mais ce qui est acquis c'est que nous avons en France une jolie bande de clowns ni drôles, ni tristes, mais pathétiques.

    .

  • . Madame Audrey Pulvar ? mais Qu'en pense l'auditeur, qu'en pense le téléspectateur ?

       Le citoyen auditeur-téléspectateur peut-il dire ce qu'il pense de madame Audrey Pulvar.

       J'ai envoyé un mail il y a plusieurs mois à France inter, qui n'a jamais évidemment répondu, un mail très soft disant que le matin madame Audrey Pulvar était atone, inaudible, n'entraînait pas l'auditeur dans l'écoute de son journal.

       Elle a une manière grise, une manière de dilettantisme, de présenter l'information, de la porter, signifiant à l'auditeur un manque d'intérêt et de conviction  pour l'information qu'elle est chargée d'animer, de mettre en relief. C'était déjà ainsi sur France 3 puis sur I-Télé. 

       D'ailleurs comparons. il y eut Nicolas Demorand, il y a -  et parmi d'autres - Brice Toussaint ; pugnaces. Il y a Vincent Parisot ; la voix souriante et conviviale.   

       En revanche chez monsieur Ruquier madame Pulvar s'est soudain révélée, pas seulement incisive, mais agressive, perfide. Aujourd'hui elle paraît ne se sentir plus, elle révèle un besoin irrépressible de régler quelque compte.

       Dans sa dernière philippique contre ELLE, elle a l'art de faire apparaître une communauté noire que le français moyen même blanc de souche n'avait pas identifiée comme étant une communauté noire, considérant chacun de ses membres, comme des français, comme des compatriotes à part entière dont il ne percevait même pas la couleur tant il les voyait et voit dans le quotidien comme des français comme lui, comme nous, en tous points et sans couleurs, trimant et se battant et vivant tout simplement comme tout un chacun !

       Comme dirait Fred : " Toi t'as un gros problème ! ".

      Vous madame Pulvar, vous avez un gros problème.

    .  

  • . Le grand amour de Valérie.

        Côté vie privée, la journaliste Valérie Trierweiler dans Gala confie vivre " le grand amour en ce moment, et depuis plusieurs années, celui qui emporte tout, qui vous rend unique et qui rend la vie si douce ".

       C'est beau, mais de mauvais goût, voire indécent et ça ne nous regarde pas. Quant à faire elle aurait du ajouter: " Avec François c'est du sérieux ! ".

       Mais elle n'est pas comme François qui dimanche dernier clamait :

        " C'est vrai que je ne m'exhibe pas . "

       Mais après tout Valérie dit ce qu'elle veut, c'est sa liberté, comme le rappelait Anne Sinclair dans ELLE :

       "   Ma liberté c'est de dire ou de ne pas dire, de faire ou de ne pas faire, de parler ou de ne pas parler ", Anne Sinclair qui citait Régis Debray :

       "   L'indécence de l'époque ne provient pas d'un excès mais d'un déficit de frontières. Il n'y a plus de limites à,  parce qu'il n'y a plus de limites entre ".

    .

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu