Avertir le modérateur

Quinquennat - Page 3

  • . L'incroyable madame Royal.

        Dès après le débat, hier soir, Madame Royal déclarait au micro de BFM que chacun devait voter aux primaires en toute liberté, sans que son vote soit dicté par les instituts de sondages " grassement payés " ! Lors du débat elle avait joué le jeu, et là elle recommençait déjà à se lâcher. Chassez le naturel...

        Je parierais presque que si elle perdait les primaires elle se présenterait seule au nom du socialisme pur et dur et des dix-sept millions de voix deux mille sept.

    .

  • . Quand on sait la haine de ces gens-là...

    .   Mais François... , comme l'a dit Martine..., je suis d'accord avec Ségolène... 

       Quand on sait la haine  que se portent mutuellement Madame Aubry et monsieur Hollande, quand on sait la haine que se vouent Madame Aubry et madame Royal, quand on sait la double haine de madame Royal pour monsieur Hollande... 

       Et les entendre dire nous gouvernerons ensemble... sans doute parce que l'intérêt général et le sens commandent, mais quand même !

       .

  • . Nicolas Sarkozy, le muet de l'Elysée.

    Je lis sur le site du Point.fr, 

       "   Nicolas Sarkozy manque de " lisibilité " dans sa gestion de la crise et commet l'erreur de ne pas s'adresser aux Français, qui attendent des explications, et non des " romans-photos ", déclare François Bayrou dans un entretien à paraître mercredi dans Les Échos. " Ce qui est le plus frappant, c'est son manque de lisibilité. Il ne s'exprime pas sur la crise ", estime le président du Mouvement démocrate (MoDem), qui a confirmé lundi qu'il serait candidat à l'élection présidentielle de 2012. 

       " Il aurait fallu un Roosevelt ou un Mendès France qui vienne au moins chaque semaine expliquer aux Français ce qui se passe et vers où on peut aller ", poursuit-il. " Mais lui ne dit rien.  Il est dans l'erreur contemporaine qui laisse croire que seule l'image compte ", déplore François Bayrou. 

       " La vertu démocratique consiste à considérer les citoyens comme des êtres responsables, à échanger avec eux, pas à faire des romans-photos ", souligne-t-il. 

         Complètement d'accord avec François Bayrou, l'ayant moi-même mentionné plusieurs fois, et je trouve même ce comportement d'ailleurs très étrange de la part de Nicolas Sarkozy, attendrait-il le résultat des primaires... mais depuis le temps qu'il y aurait des choses à nous dire et que nous l'attendons sur le petit écran ou son premier ministre, leur silence est complètement anormal, tangente la faute professionnelle...

    .

  • . Madame Royal cette nouvelle Marianne.

     .    Madame Royal qui au micro du Daily Mouloud de CanalPlus plus se rêve comme " cette nouvelle Marianne qui représente la France ".  

       Mais sur le plateau du même Canal, l'indigné Stéphane Hessel 94 ans, votera pour Martine Aubry et non pour Madame Royal qui " n'est plus à la hauteur de ce dont nous avons besoin ".   

    .

  • . Une présidence normale...

         Comment se fait-il que Madame Royal n'ait pas trouvé la formule, elle, la présidente des solutions qui se gaussait de ce président normal que voulait être son ex. Lui, en a eu assez, et il a trouvé la parade ;

         " Une présidence normale, c'est une présidence morale ". Bien François. Ségolène, je l'ai vue, pique du nez, serre les dents, tape du pied. Comment cette formule a t-elle pu lui échapper ! décidément ses conseillers ne sont plus inspirés .

    .

  • . La présidence de la république en couples.

      .   Madame Royal s'en défend, affirme qu'elle a souffert, mais que désormais elle a intégré et sa défaite sentimentale et le fait que son ex se soit positionné sur la ligne des postulants à la présidence, mais elle ne l'accepte toujours pas. Il n'est que de l'observer au détour d'une phrase, d'un jugement, d'un pincement des lèvres, d'un regard qui se durcit sur son ex pour le comprendre, et c'est humain et légitime. 

        Pour autant ce couple et celui que fut celui de Nicolas Sarkozy et de Cécilia Sarkozy ont en leur temps et à leur manière porter atteinte à la République en faussant le jeu démocratique. 

        Les déchirements du couple Hollande-Royal ont précipité l'échec de madame Royal en 2007, quand les déchirements du couple Sarkozy-Cécilia ont gâché les débuts du quinquennat, Cécilia Sarkozy n'étant pas neutre dans l'apothéose du bling-bling, et alors Nicolas Sarkozy par contre coup s'est arc-bouté sur ses certitudes politiques pour affirmer son quant à soi présidentiel. 

       Et aujourd'hui la présence Hollande-Royal sur la primaire du parti est malsaine. Ces deux-là n'ont aucun sens de l'Etat, qui règlent leurs comptes à travers cette tension vers le pouvoir.

    .

  • . Jean-Louis Borloo et Béatrice.

        Pas la peine de se prendre la tête et d'essayer de décrypter longtemps le renoncement de Jean-Louis Borloo à la présidence de la République.  

       Jean-Louis a fait le point avec Béatrice Schönberg sa femme, qui lui a dit : " Ecoute chéri l'on tourne autour de la soixantaine, l'on est jeunes et beaux, bien portants ou à peu près, profitons de la vie plutôt que de s'épuiser dans le sordide marigaud de la politique. Tu vas y laisser des plumes, tu vas te brûler l'estomac, tu te défonceras et tu n'auras aucune reconnaissance. Alors chéri, vivons et vivons bien. Ne présente pas ta candidature, mais reste en politique, ce ne sera déjà pas si simple... "  

       Elle a raison Béatrice, je ne la connais évidemment pas mais je l'embrasse.

       Vous avez raison de laisser la place au grand pantin d'Hervé Morin qui un jour a dit qu'il préférait ses chevaux à son poste de ministre et qui a trahi celui qui lui a donné de l'avoine ministérielle .

    .

  • . Jean-louis Borloo, un pipi d'oiseau.

    .  La non candidature de Jean-Louis Borloo à la présidentielle est un non-évènement, juste bon à nourrir la volaille, celle de la basse-cour notamment parisienne, celle des chroniqueurs,  ce n'est qu'un des rebonds de la campagne présidentielle, comme il y en aura un ou dix par jours désormais.

       On va dire, l'on va être trivial, c'est amusant et ça ne pisse pas loin, un pipi d'oiseau. Un petit coup de piquette.

    .

  • . L' Université des petites haines. - Les Cahiers de JMBédochet -

     

    -   L'université d'été du parti socialiste ? : L'Université des petites haines. Petites ?

    -   L'Université d'été du parti socialiste ? : Un feuilleton à la Eugène Süe. Une bande dessinée avec un rebondissement à chaque bas de page.

        Mais gageons qu'il en sera de même avec un grand nombre de candidats et de partis, tant que ne surgira pas l'homme ou la femme providentielle, car il ou elle existe, contrairement à ce qu'affirme monsieur de Villepin. 

                                                              ***

    -   Pour suivre les affaires de ce monde, je m'astreins à lire les synthèses pertinentes du site www.lepoint.fr, et là suivant l'université d'été du parti socialiste je me régale...

     

    Ségolène Royal.

    Ainsi, interrogée jeudi sur ce PS qui faisait "pitié" en 2008, elle affirme : " Lors du congrès du Mans en 2005, François Hollande avait promis 700 000 adhérents, il n'y est pas arrivé." Alors, pourquoi ne pas le dire ? " Il ne s'agit pas d'être sympa ! " s'exclame-t-elle. " Prenons de la hauteur, de la maturité... Un responsable politique doit accepter d'être évalué sur son action, dans les responsabilités qu'il a eues ", confie-t-elle jeudi dans un café de La Rochelle. Son bras droit Guillaume Garot renchérit : " Les attaques, ce n'est pas anormal... Sinon, c'est des primaires édredons."

    Jean-Christophe Cambadélis.

    Jean-Christophe Cambadélis, strauss-kahnien historique et soutien de Martine Aubry, qui publie sur son blog vendredi matin une supplique pour que la primaire ne soit pas "pépère" et réclame de ne pas être "chochotte". "De grâce, laissons la place à l'incarnation, à la compétition, ne stérilisons pas les primaires", implore le député de Paris. "Ne jouons pas les chochottes au premier chuchotement [...]. Les primaires servent aussi à voir qui a la trempe d'affronter des tempêtes.

    Martine Aubry.

    .  Martine a dit : " La Rochelle ne doit pas être le moment de montrer ses muscles. " Elle a dit aussi : " Même si je n'ai pas pris de vacances je suis dans une forme olympienne. " Sacrée Martine avec son calme olympique .

    Pierre Moscovici. 

    .  Pierre Moscovici : " Il ne doit y avoir ni claque, ni clans, ni cliques, ni petites phrases à la Rochelle ". 

     

    ... Quelle bande de rigolos, et pour qui nous prennent-ils, leurs programmes on s'en fout, mais comment l'électeur peut-il voter pour l'un d'entre eux, puisqu'aucun d'entre eux n'est capable de reconnaître en l'autre l'aptitude à gouverner puisqu'il présente sa candidature.  

      

  • Le coup de boule de Martine Aubry. Suite du Cahier de Bédochet.

     

    .   Martine a dit : " Quand j'ai repris le parti socialiste nous faisions pitié ". Si cette assertion n'est pas un coup de boule dans le plexus de François Hollande on appelle ça comment ?

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu