Avertir le modérateur

  • GUY MÔCQUET.

    Ah ! Guy MÔCQUET SI TU SAVAIS...

    Mais bien sûr tu le sais du haut de ton Paradis rouge ou de ton Empyrée, nous regardant, tu dois être bien perplexe, le menton dans la main, le coude sur le genou..Tu connais l'histoire, on ne va pas te la raconter, et tu connais la tienne, ta candeur grandiose, ton élan, ta générosité, la transcendance.. Et nous aujourd'hui , petits, si petits, si pitoyables...minables abominablement, pauvres mites philosophiques qui devrions êtres honteuses de la triste figure que nous donnons sous vos yeux et ceux de vos camarades, porteurs des espérances que vous faisiez lever alors....

  • ELLE ( S ) : CECILA SARKOZY et SEGOLENE ROYAL.

    Bon , c'était leur affaire, lui voulait la garder , elle ne voulait pas. Une affaire de couple .

    Mais déjà Madame SARKOZY avait humilié son mari de Président, avait par là même un peu humilié la France, aux yeux du G8 , devant la famille BUSH , donc un peu devant l'Amérique - Ah ! cette histoire croquignolesque d'angine blanche ! ..Et le Président Nicolas SARKOZY qui la cautionne ! - Bref Madame ne cessait de faire des coups d'éclats, sa mauvaise tête..ne savait se tenir.

    L'Elysée n'était pas son truc, oui enfin elle en avait des prétentions cette dame , qui à la vérité aujourd'hui en s'exposant et se confessant sur toutes les couvertures révèle qu'elle n'était donc pas digne d'être la Première Dame de France...On ne se raconte pas comme ça...

    Car ce samedi matin alors que l'on avait encore du respect pour elle, une forme de considération, un haut le coeur vous saisit , Paris-match, Le Figaro magazine et le clou " ELLE "..d'autres suivront..

    Madame Cécilia SARKOZY se déploie , pose, sur des pages au papier glacé dans " ELLE "..un peu de décence , un peu de pudeur, drôle de femme libérée qui se dévergonde d'un coup , quel dévoiement de la part d'une femme de Président..il y a un devoir de réserve..

    Décidément CES DAMES de la politique qui s'habillent en PRADA nous gâtent cette année ..peut-être blessées souvent, courageuses parfois, mais d'abord femmes aimant le pouvoir ou son approche, et au final caractérielles, féroces et impitoyables.

    Madame SARKOZY - usurpera t-elle longtemps encore ce nom - ne rêve plus que d'une chose , de la vraie vie, faire ses courses au supermarché paisiblement avec Louis . Eh bien voilà une sage résolution ..mais fallait-il tant et tant poser pour le dire.. Allez l'on vous concède et l'on met à votre crédit la libération des infirmières Bulgares.

    ET DANS LE MÊME TEMPS , Ségolène ROYAL en snipper avisée , peu soucieuse d'élégance morale, tire, dans Les ECHOS, à bout portant sur le mari de sa rivale , Nicolas SARKOZY, qui a provoqué " UN CHOC DE MEFIANCE " et Madame ROYAL poursuit : " Il faut cesser de jouer " petit bras " et " petite politique " , et surtout, Nicolas Sarkozy doit cesser de garder le pire de la continuité ( la dette et l'affairisme ) , et de choisir le pire de la rupture ( l'affrontement et les injustices) .

    Il y a des mots qui aujourd'hui résonnent drôlement.

  • AU THEATRE CE SOIR LES DEUX HENRI. Henri GUAINO ET Bernard-Henri LEVY. OU LES NOUVEAUX FAUVES.

    L'on ne le perçoit pas encore nettement mais la politique sarkozienne de la culture du résultat, sécrète de nouveaux profils, de nouveaux talents, et de sacrés caractères. Le Président leur lâche la bride, et les voici qui sautent dans l'arêne sous le feu des projecteurs, suscitant la sortie des grands fauves des autres confréries.

    A la grande joie des médias.

    La politique devient alors un grand show, dont les producteurs sont les chaînes de télévision qui peaufinent toute la journée,la question piège qui va faire basculer le soir l'invité sur leur plateau .

    les spécialistes du genre sont principalement, CANAL-PLUS et son Grand journal, avec son binôme formé pour : Jean-michel APATHIE chroniqueur qui devient de plus en plus pointu, pertinent, et incisif , et la petite madame MASSENET ancienne chef des pipelettes d'EUROPE 1 chargée de poser la question ingénue qu'on lui souffle dans l'oreillette.

    C'est désormais devenu un jeu que de faire accoucher l'invité de la petite phrase qui va ensuite faire le tour du monde, réjouir le téléspectateur, faire monter l'audimat, et le tirage des journaux. La maïeutique du XXI ème siècle est née , qui ne coûte rien aux chaînes mais qui leur rapporte beaucoup.

    Observons que chaque bon mot mis au monde devrait être taxé, et le produit de cette taxe, reversé au service de la réduction de la Dette publique.

    En attendant le spectacle est souvent réussi et cette semaine Henri GUAINO et Bernard-henri LEVY ont été excellents dans leurs prestations respectives de début de semaine sur le plateau de 19 heures de CANAL PLUS.

    Henri GUAINO féroce à souhait, mais pas à l'aise quand même comme l'exprimaient ses multiples toussotements - c'est un homme de l'écrit et tous comptes faits, un homme de l'ombre ; Bernard-Henri-Lévy, belle figure romantique, qui écrit peut-être aussi bien qu'il déclame. Sur le fond ce serait une autre histoire ..

    Ils étaient ces deux soirs là , chacun à sa manière, deux grands fauves , on en redemande. Et l'on attendra de revoir les autres , les Ségolène ROYAL, les Dominique de VILLEPIN, sans oublier Claude GUEANT...et quelques autres qui sont en formation ou qui attendent leur heure.

  • UNE CHIENLIT D'AUTOMNE.

    Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres, adieu vives clartés de nos été trop courts, c'est la chienlit , les illusions perdues...

    Ce n'est peut-être pas la chienlit , mais ça lui ressemble, ça dérape de partout. le Détail du premier ministre, la sombre histoire du MEDEF, la folle histoire d' EADS..... Le président travaille, le gouvernement travaille, encore une fois , mais rien ne passe, ou mal , ou aux forceps.

    Les ministres ou secrétaires d'Etat dits débauchés, commencent à être mal à l'aise dans leurs baskets de gauche. Fadela annonce qu'elle risque de ne plus tenir longtemps, Martin hésite fortement, Bernard henri LEVY insulte le conseiller du Président..et donne des leçons à ce dernier. " Attention, gare ! vous allez voir POUTINE voici ce que vous devez faire .."

    Lui, le Président avant de partir dans la Dacha de monsieur POUTINE réunit dans la sienne, ses troupes et les chapitre..SOIT ! disent-elles mais où nous conduisez vous ? Nous nous y perdons et les électeurs avec nous.

    Candidat , Nicolas SARKOZY avait tant promis, tant dit qu'il se préparait à la fonction depuis toujours, et depuis deux ans au programme de gouvernement avec François FILLON, tant annoncé une République irréprochable, que le citoyen électeur y croyait déjà..

    Ô Candeurs ineffables des consciences crédules..

    ALLONS ! il suffit de mettre de l'ordre là dedans , un ordre juste comme disait madame ROYAL

  • LE DETAIL...Il y a détail et détail, Où les nouveaux GLOSEURS.

    André GIDE : " Nous glosions sur tout , et coupions en quatre les plus ténus cheveux " ..Le DETAIL ! nous allons traîné l'affect de ce mot pendant plus d'un siècle . Il faut reconnaître que monsieur Le Pen fît fort et fort mal ce jour là , et le propos d'alors demeure tout autant aujourd'hui abject, abominable, et d'autant plus, qu'il ne semble jamais avoir été retiré, et qu'il est imprimé désormais dans l'inconscient collectif français.

    Aussi n'est-il pas complètement anormal que monsieur François FILLON, nouvel énonciateur du mot, quand même homme politique qui connaît le poids des mots subisse quelques rappels à l'ordre, d'autant qu'il qualifiait ainsi la référence aux tests ADN , autre terme qui draîne avec lui des connotations discriminatoires et sélectives graves, mais dont un ministre pédagogue pourrait venir à bout. Détail , certes, que ce test par rapport aux autres dispositions de la loi qui vise à réguler le regroupement familial et l'immigration clandestine, mais pas détail par rapport à l'histoire du mot, et à la connotation du mot ADN..

    Mais LES GLOSEURS ont le détail sélectif.....et quand il fût rapporté qu'en fin d'été dernier monsieur Julien DRAY avait déclaré devant un auditoire socialiste que c'était la faute aux plus de soixante cinq ans si madame ROYAL n'avait pas été élue, personne n'a voulu entendre ce propos sans doute jugé anodin, Propos qui n'a été ni confirmé - et pour cause - mais non démenti..,

    La stigmatisation des plus de soixante ans comme fauteurs de troubles , en l'occurrence emmpêcheurs de tourner ou de voter en rond , mauvais électeurs , - si le propos rapporté n'est pas infirmé - est donc un détail.

    Pierre MOSCOVICI, sur le plateau de France 2 le 24 juillet dernier, lui, avait commenté ainsi la libération des infirmières bulgares : " Combien ça coûte tout ça ? " Quoi ou qui tout ça ? ..UN DETAIL..

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu